Triathlon du Lac des Sapins : photos et résultats complets

22062009

Les résultats

  • Général : 2h54’47″, 58ème/417 classés;
  • Natation (1500 m) :  22’54″, 23ème/417 à l’entrée du parc à vélo, sans doute 19 ou 20ème à la sortie de l’eau;
  • Transition 1 : 4’41″ Embarasse;
  • Vélo (50 km, 665 m D+) : 1h37’59″ (30,3 km/h de moyenne, max : 61 km/h), 76ème/417;
  • Transition 2 : 3’29″;
  • Course à pied (10 km, 170 D+) : 45’43″, 65ème/417.

Stats physiologiques

  • Cardio nat : 166 puls/min (83% de FCM; max : 174);
  • Cardio vélo : 167 puls/min (83,5% de FCM; max : 180);
  • Cardio CAP : 173 puls/min (86,5% de FCM; max : 183).

 

prdepart.jpg

departnat.jpg

arrivenat.jpg

vlo.jpg

cap1.jpg




Triathlon du Lac des Sapins

21062009

Je l’attendais depuis un moment ce fameux tri du Lac des Sapins. Tout le monde n’en disait que du bien.
L’épreuve partant à 9h15 avec fermeture du parc à vélo à 8h, j’avais choisi l’option camping sur place avec JB, Céline et David.
Dimanche levé à 6h45. A peine sortis de la tente, tout le monde prépare déjà ses vélos pour les déposer au parc avant 8h. Vélos déposés, j’ai englouti comme rarement au petit dej’. Hors de question de finir comme à Roanne y a une semaine.
8h arrivée au parc à vélos. On retrouve tous les autres ASVELiens. Franck nous apprend que nos confrères du basket sont champions de France! Petite déception ce parc à vélos avec très peu d’espaces entre les vélos (j’aime m’étaler) et pas de regroupement par club.
8H30, combinaison enfilée et direction la zone d’échauffement pour tâter la température de l’eau.
9h, on se place sur la ligne. Le nombre de concurrents est très impressionnant. Le stress monte un peu devant ce pack.
9h15, c’est parti. Comme d’hab, dur de trouver une place au début. Il faut trouver la bonne stratégie de dépassement des qq guguss qui me bloquent la route. Heureusement, un peu comme à Bourg en Bresse, le peloton de nageurs dévie vers la gauche du lac et ne tire pas droit sur les bouées. Ces pelotons qui s’orientent  mal en natation reste un mystère pour moi… A la deuxième bouée je suis tranquille et je peux enfin allonger ma natation. Ma combi est mieux ajustée qu’à Pont à Mousson et je sens une bonne glisse. Sur la fin on entre dans un courant très froid. Brrr. Sortie de l’eau : 22’54″, merci la combi. Au ponton je vois Isabelle alias « Bob le Routier » qui m’encourage de façon très énergique. Je comprends que je suis le 1er du club à sortir de l’eau. Je suis 22ème à ce moment là (20ème à la sortie de l’eau). Première transition : j’enfile les chaussettes puis je m’interroge sur la nécessité de porter une veste pour le vélo… David arrive au parc et je suis à 2 doigts de lui demander son avis. J’opte pour un vélo en trifonction seule. Je mets du pain d’épice et 2 pâtes de fruits dans les poches et on y va. A mon départ je croise Guy qui arrive dans le parc. Au départ vélo, Eric me rejoint et se prend un stop and go pour être monté un peu tôt sur la selle. Je me lance pour 50 km très vallonnés avec quelques petits cols du Beaujolais. J’attaque très prudemment. Eric me passe très vite. Après 5 km c’est Guillaume qui passe. Hum… Ca recommence comme à Roanne… Mais les premiers lacets arrivent. Au train je reviens sur Eric puis je passe. Je remonte ensuite sur Guy. Il sera pendant de long km à 300-400m devant moi. Souhaitant mieux gérer ma course que lors de mes deux premiers CD, je décide de ne pas faire un effort inutile pour le rejoindre. Je continue à avancer en buvant très régulièrement de la boisson énergétique que je teste pour la première fois. Je me régale des paysages sublimes de la région. Au 30ème kilomètre je m’avale une bonne pâte de fruit. Je me sens incroyablement mieux que lors des précédentes courses en avalant du sucre à intervalles réguliers. Je suis rassuré par le fait de ne pas voir trop de vélos passer. Une dernière ascension puis le vélo se termine par 8 kilomètres de descente. On lache les chevaux. Arrivée au parc, Céline me signale que je ne tiens pas ma promesse de laisser passer JB dès le vélo :-D . La transition est longue et pénible. Au chrono ca donne 1h37’59″. Les baskets enfilées, je pars pour la CAP qui comprend une ascension de 3 kilomètres. Les jambes sont pas mal. Je croise d’abord Eric qui entre au parc puis David et Clément (JB était devant mais je ne l’ai pas vu). Je rejoins la première féminine qui a une excellente foulée. Je décide de partager la route avec cette délicieuse jeune femme. A l’attaque de l’ascension, elle ralentit et me laisse seul :-( . C’est peu de temps après que j’entends une locomotive arriver. C’est Eric qui me laisse surplace malgré un rythme correct. La montée est longue mais les jambes sont excellentes donc on en remet un peu pour remonter qq concurrents. Je sais aussi que j’ai 3 très bons coureurs de l’ASVEL aux trousses et je tiens à résister le plus longtemps possible. Nous arrivons au sommet du petit col et nous basculons dans une longue descente vers le Lac. La vue est sublime. Les passages dans les bois très agréables. Je m’impose un bon rythme sur cette descente car j’entrevois la possibilité de faire un podium ASVEL. En plus je ne me sens pas du tout fatigué. Merci la pâte de fruit! On sort des bois et il ne reste plus qu’à faire le tour du parc à vélo. Je finis avec un triathlète avec lequel j’ai bataillé pendant 6 des 10 km de course à pied. Il me laisse très gentiment passer et je franchis la ligne d’arrivée en un peu moins de 2h55 (58 ème?). Je rejoins Eric et Guy (1er et 2ème ASVEL). Moins d’une minute après arrive JB qui me fait les gros yeux :-D . Arrivent très vite derrière David, Clément et Corinne. Au final, le plus beau triathlon que j’ai fait et enfin une course complète et regulière sans hypo.

A suivre les résultats officiels et les photos.




Triathlon de Roanne : les photos

20062009

Merci à Véro pour les photos!

p1060025.jpg

 

p1060040.jpg

p1060059.jpg

 

p1060072.jpg

 




Triathlon CD de Roanne

15062009

Que vient faire ce post ici? Le prochain tri ca devait être le Lac des sapins?
Eh bé oui. J’ai craqué. A force de pas pouvoir m’entrainer, je tourne en rond et j’ai donc décidé de m’aligner sur le triathlon de Roanne version CD.
Prépa depuis Bourg : 1 sortie CAP de 7 km, une sortie vélo de 30 km (je suis les pas d’MRJ emoticone après avoir été un boulimique d’entraînement comme Mric) et tout plein de natation qui fait pas mal aux jambes.
Dimanche matin, j’avais donc rendez-vous au stade de l’INSA avec JB et Céline pour co voiturer ou plutôt co vaner vers Villerest. 1H40 de virages et nous voilà arrivés sur le site. A la sortie du Van, gros coup de chaleur. Pfff ca promet pour la course à pied cette aprem. Je me demande même comment tenir 10 min en combi néoprène par une telle chaleur. Heureusement le stress « combi » va pas durer longtemps puisque nos camarades de l’ASVEL déjà surplace nous annonce une natation sans combi. Une grosse banane me pousse sur le visage alors que JB nous improvise une jolie grimace. En allant aux inscriptions nous croisons notre nageur supersonique, Xavier, super content de sa course, avec une grosse natation (quelle surprise…), un bon vélo et une cap plus qu’honorable avec au final un top 20.
Inscrits, il est temps de s’alimenter un peu. Pic nic avec toute la bande de l’ASVEL: la Tessier family, Lolo et Véro, JB et Céline. Bien sympatoche!

13H30. Tout le monde va chercher sa monture pour la bichonner une dernière fois avant le parc à vélo. 14h on installe tout le matoss dans le parc. 2 Asveliens se sont déguisés en zèbre pour la course : Elise et Olivier. Pressé de goûter à l’eau de la Loire, j’abandonne mes camarades pour aller mettre qq coups de bras. L’eau me parait un peu froide mais comme souvent après qq mouvements cela va bcp mieux.
14h35. Ligne de départ. Je me mets en première ligne sur la droite (j’aurais du en profité plus car ca a pas duré…). Lolo à côté de moi. Régis part de l’extrême gauche et JB… tranquille en dernière ligne :-D
Boom le départ. 10 mètres à courir avant d’atteindre l’eau. De quoi bien commencer la bousculade. Les 300 premiers mètres sont les plus heurtés de ma courte expérience de triathlète. Moi qui pensais qu’avec seulement 100 au départ j’allais être pépère… Ca tape de partout. Je maudis tous ces types qui nagent le crawl avec leurs jambes >-(. Quelle idée étrange. Je parviens un peu par hasard à me défaire de ce troupeau de brutes à la première bouée. A la 2ème bouée, je me crois enfin tranquille quand je reviens sur un mec et une nana. Le type se met à zigzaguer dans tous les sens. Un coup j’essaie de passer à gauche, un coup à droite, un coup à gauche… On se croirait au GP de Monaco. A force de lui chevaucher les jambes le type finit par se foutre sur le dos et me balance une floppée de politesses. C’est là que je colle une mine pour le laisser philosopher tout seul. Arrivée à la troisième bouée on repart pour un tour. Je suis maintenant bien seul. Le coeur redescend et je peux bien allonger ma nage. Je remonte un petit paquet puis je finis seul ce 2ème tour. Je sors de l’eau en 20’11″. Hum… C’est peu, y a 1300m de nat à tout casser. On monte jusqu’au parc à vélo. C’est là que les filles me sauvent la vie une première fois. Elles me crient que mon vélo est sur la rangée d’à côté. Bien vu JM! Ce coup ci pas question de partir sans chaussette comme à Bourg-en-Bresse. J’essuie donc bien mes petits pieds et j’enfile les chaussettes sport achetées la veille. J’enfile le dossard. Re cries dans mon dos « JM t’as arraché la moitié de ton dossard! ». Le boulet… Bon tant pis. Je pars. Je vais pas passer ma vie dans ce parc! Une longue transition à pied avec le vélo. On enfourche le monstre et c’est parti direction le barrage de Villerest. Je contemple la Loire toute rikiki en contrebas. Dès le barrage passé, on se prend un bon mur à 10%. Quel pied! Le coeur monte au taquet. Arrivé en haut de la bosse un beau faux-plat descendant. Je crois me souvenir qu’après la première bosse, c’est plus calme, plus facile qu’à Bourg. Le gros naïf! Du faux plat montant de partout. A peine descendu que ca remonte. Pas de plat de transition. Dès la 2ème ou 3ème côte, je jette un oeil derrière moi histoire de voir si quelqu’un me suce pas la roue, tellement j’ai un beau vélo, tellement je vais vite, tellement je suis facile. Personne dans la roue mais à 200m je vois Régis, le couteau entre les dents qui revient comme une balle sur moi. Quoi??? Déjà??? En peu de temps il me passe et poursuit sa route vers les sommets du classement. De mon côté, je descends mes bidons à la vitesse grand V. Elise qui passe en moto pour surveiller que d’odieux drafteurs ne profitent pas de mon allure effrénée me signale que mon dossard veut se faire la malle. Ca commence à me travailler cette affaire. Ne connaissant rien au règlement, je me dis que s’il ne reste pas sur la ceinture je vais être disqualifié. Quel barbe, moi qui visais un podium… Olivier arrive à son tour à moto (tricheur!). Il me rassure pour mon dossard et me dit que je peux le tenir à la main en CAP. Je l’arrache donc, le met dans la trifonction. Soulagé de ce terrible fardeau psychologique, je peux enfin lancer ma course à vélo. Régis, fais gaffe j’arrive! Mais que fait cette énième bosse sur cette route? Ah c’est la même que tout à l’heure…mais en plus dure. Je commence à sentir que si je pouvais avaler 1 kg de sucre les choses iraient bcp mieux. A Bourg j’avais été sec en sucre pdt la CAP. Je m’étais dit « la prochaine fois, c’est sûr, je prends des powerbarres » mais la veille trop pressé de fuir la foule de la Part Dieu, j’avais oublié d’acheter mes dopants. Je me dis que c’est pas bien grave, il ne reste que qq km à vélo (que de la descente en plus!) et 10 malheureux km à pied, trop easy avec des chaussettes. Le sourire revient et c’est là que je vois Lolo qui me grille la politesse. Eh? Oh? C’est quoi cette histoire? Ils prennent quoi à l’ASVEL? Il n’en reste donc plus  qu’un derrière…JB.   Ok… Le podium se présente mal. On garde espoir, à Bourg j’avais résisté au terrible retour. J’arrive donc au parc, prêt pour une transition express. A peine je pose le vélo que…. AAAHH! JB qui se pose à côté de moi!! Ah non! J’ai au moins 5 secondes d’avance, profitons de cet avantage! Je me lance donc sur la course à pied. Demi arrêt dès le premier ravito pour boire 2 verres d’eau (après avoir descendu 2 gourdes en vélo et la moitié de la retenue en natation…). Je me remets en route et je vois JB avec sa foulée de géant prêt à me dévorer. C’est là que j’utilise mon arme secrète le turbo boost diesel : accélération sur 5 mètres. Bye, bye JB :’(. Maintenant la route va être longue. L’accélération m’a fait monter à 185 puls. J’essaie de garder une bonne foulée en restant à 180 puls. Je croise Régis pour la première fois. Une tape. Ca remotive! Vient Lolo. Je joue l’intimidation « Attention j’arrive! ». T’as raison… Essaie de finir ca sera déjà pas mal. J’arrive au bout de la boucle. Pas de ravito!!! Mais je vais mourir?? Je vois qu’en plus les dames ont 2 rubans de couleurs différentes. Il va falloir que je revienne en plus?? Allez, demi tour. On essaie d’apprécier la petit brise et la vue sur le barrage. J’arrive au niveau du parc à vélo, on fait semblant d’être facile pour la photo de Véro. A l’intérieur y a plus rien. Les puls diminuent aussi vite que les réserves d’énergie que mon corps recherche désespérément. Je traverse le parc et réalise qu’il faut faire une boucle de l’autre côté de la base de loisir. C’est un semi qu’ils nous ont mis pour finir?? On recroise toute la bande : Régis bien concentré, JB est passé devant Lolo, il déroule une foulée ENORME, Lolo est moins bien mais il m’a qd même mis encore une bonne grosse longueur. « Attention j’arrive! » qu’il disait l’autre… Re demi tour. Là c’est dur car je sais exactement ce qu’il me reste à parcourir. Un oeil aux puls. Je suis à 165 mtnt. Je vais finir par m’arrêter sans rien demander à ce rythme. Repassage devant le parc. On prend le plein d’éponges et on refroidit le moteur. On prend un maximum d’encouragements de la part des filles. Direction la dernière boucle. Un type me dépasse à 2 à l’heure. Je me dis que c’est ma chance de prendre les pieds. Je tiens facilement…30 secondes. J’ai vraiment plus rien dans le moteur. Je suis pas arrivé au bout du parcours pour prendre mon 2ème ruban (le jaune!), que je frisonne un chouillat. Pour chasser les mauvaises pensées, je plaisante avec les bénévoles au virage. Bizarrement sur le retour ca va mieux jusqu’au parc à vélo. La dernière demi-boucle est finie en serrant les dents. Une dernière montée vers la ligne d’arrivée. Oh purée que je t’attendais ma Belle! Et le ravito!.. Sauf qu’une fois arrêté plus faim… Va comprendre. On debriefe un peu la course entre ASVELiens. Ils m’ont mis une belle mine sur cette course! Bizarrement, même si j’ai galéré comme jamais en CAP, j’ai jamais pris autant de plaisir sur une course. Le cadre était super, les petits villages à vélo magnifiques et surtout j’ai adoré la CAP où l’on croise les collègues de galère. Merci à toute l’équipe pour les encouragements qui m’ont poussé à aller au bout! Merci à nos 2 arbitres qui font un boulot formidable! D’ailleurs je note que j’ai pas vu un seul drafting! Qd les arbitres de l’ASVEL sont là, les drafteurs ne passent pas! Merci à JB et Céline pour le slalom géant dans les monts du lyonnais. Félicitation au podium de l’ASVEL : 1-Régis 2-JB
3-Lolo le (soi-disant) débutant.
Prochaine course : triathlon du Lac des sapins dimanche prochain. Ca part le matin. Je sais pas trop ce que ca va donner. Pas le temps de m’entrainer d’ici là à part en nat. Gros dénivelé à vélo et en CAP :-( . Mais j’aurais mes pâtes de fruits! Promis!

Côté chrono :

  • Général : 2h28’46″, 43ème/91 classés;
  • Natation (1500 m, plutôt 1300) :  20’11″ (22’51″ avec la T1), 27ème/91;
  • Vélo (38,5 km) : 1h14’22″ (30,9 km/h de moyenne), 43ème/91;
  • Course à pied (10 km, plutôt 11) + T2 : 51’31″, 55ème/91.

 




Triathlon de Bourg-en-Bresse : les photos

5062009

Quelques photos de l’épreuve :
jmbnatationbourg2009.jpg
jmbnatationbourg.jpg

 

 

jmbvlobourg.jpg

 

 

jmbcapbourg.jpg

 

 

jmbcap2bourg.jpg

 

 

arrivebourgjmb.jpg

 

 





Triathlon de Bourg-en-Bresse : les résultats complets

3062009

Les résultats ont tardé à tomber mais les voilà!

  • Général : 2h25’21″, 92ème/471;
  • Natation (1500 m) :  25’09″ (24’30″ à la sortie de l’eau), 74ème/471;
  • Transition 1 : 1’52″;
  • Vélo (40,3 km) : 1h12’28″ (33,1 km/h de moyenne), 120ème/471;
  • Transition 2 : 1’43″;
  • Course à pied (10,8 km) : 44’10″, 155ème/471.

Quelques autres stats :

  • Cardio moyenne : 175 puls/min (max : 187);
  • Vitesse max vélo : 69 km/h.



Triathlon de Bourg-en-Bresse : premier CD!

1062009

Hier, j’ai bouclé mon premier triathlon Courte Distance (1,5 km de natation, 40 km de vélo et 10 km de course à pied).
Toujours en délicatesse avec mon genou gauche, je ne me suis inscrit que le mardi précédent la course. Je pars sur cette épreuve avec pour seuls entrainements conséquents de la natation. Depuis la mi avril je n’ai couru que 2 fois et sorti mon vélo que 4 fois. Ce manque de prépa génère chez moi un stress inhabituel (ce qui ne m’a pas empêché de dormir près de 10h la nuit précédent la course :-D ). Heureusement une fois dans la voiture direction Bourg, je suis de nouveau parfaitement calme.
Aucun soucis pour trouver le site. Je commence par aller chercher le dossard et je croise les premiers ASVELiens : Pascal, CC, Max et Mathieu qui sera arbitre aujourd’hui. On apprend que l’eau est à 26°C (hum, hum, 23-24°C maxi). Donc la natation va se faire sans combinaison. Ca c’est pour moi une excellente nouvelle, d’abord car j’ai un mal de chien à l’enlever et ensuite car je nage bien plus relaché en maillot (mais tout de même moins vite).
Je rentre ensuite dans le grand parc à vélo. Là la bonne surprise vient du fait que les organisateurs ont placé les gens par club. Nous avons donc une rangée d’ASVELiens. Quelques uns dont Richard et Manu (le Malin) sont expatriés plus loin (qu’ont ils donc fait??). Nous avons le privilège de compter le Préz (…Hervé) dans nos rangs.
30 minutes avant le départ je pars nager un peu. Je suis surpris par la froideur de l’eau :-/. Heureusement après qq coups de bras je me rechauffe bien.
Briefing. Blablabla, « bouée », « plaque égout », on entend rien. Le départ va être anticipé de 5 minutes. Malheur aux retardataires! Je décide de me placer en 2ème ligne tout à droite. Je suis rejoint par Vincent, Richard et Eric.
La course est lancée. Je pars très très vite pour me dégager de la masse rapidement. La stratégie ne marche pas bien. Je me retrouve à prendre des bourre-pifs à répétition d’un type qui ne veut pas changer sa ligne. Au bout de 500m environ, je suis un peu tranquille. Je passe les 2 premières bouées bien à la corde. Je pense que j’ai pas eu trop de soucis d’orientation. Sur la fin, je mets un petit coup de bourre pour passer un petit groupe de nageurs. Je sors de l’eau. Pas de soucis d’équilibre. Un oeil au chrono : 24’30″. J’ai mieux nagé qu’à Pont à Mousson.
Direction le parc à vélo. J’essaie d’enfiler des chaussettes. Je galère. Je laisse tomber. Et je me lance. Je pars très rapidement, sans doute trop rapidement. Le cardio est à 85%. Le compteur dans les premiers km ne descend jamais en dessous de 35 km/h et monte parfois au delà de 50! Qd je vois le panneau 15 km je me dis que ca ne doit pas être le bon vu le chrono. Arrive la première bosse. Dans un lacet j’aperçois Richard. Je lui lance un encouragement et me dit très très naïvement que je vais le rejoindre au train. Pendant de longs kms je l’aperçois au loin sans jamais revenir sur lui. Je vais le perdre de vu petit à petit. Les bosses se suivent. Dur, dur mais je tiens un bon rythme. Je m’étonne de pas voir revenir d’autres ASVELiens. N’ayant pas bien fait l’inventaire au parc je ne sais pas qui est devant à part Richard. La 2ème partie du vélo est très valonnée. Je commence à avoir très envie d’aller courir car la douleur au genou gauche revient et les cuisses commencent à se durcir. Comme à Pont à Mousson, je me fais bcp plus doubler que l’inverse.
Arrivée au parc à vélo. Là je ne vois aucun vélo de l’ASVEL. Oh??? Ca ne dure pas longtemps :-) . Alors que j’enfile les baskets, voilà Eric qui arrive et me dit « T’es premier? Qui est devant? A tout de suite ». Dès les 200 premiers mètres de la course à pied, il me reprend et part à un rythme de fou furieux. Sur le 1er km, je me dis que je vais faire des crampes aux 2 mollets. Heureusement il n’en a rien été. Par contre niveau rythme je ne peux rien envoyer. Il est grand temps que je reprenne l’entrainement de CAP!! Je fais donc comme à Pont à Mousson : j’avance. Je vois les kilomètres défiler bcp trop doucement. Au kilomètre 5 on attaque une côte dans les bois qui me fait très mal. Redescente vers le plan d’eau. Je croise pas mal d’ASVELien. On s’encourage, on se tape dans la main. Que ca fait du bien dans ces moments si difficiles! Kilomètre 7. Je commence vraiment à piocher. Je vois les concurrents passer les uns après les autres. J’arrive sur les bords de l’étang. Je comprends au kilomètre 9 que la course fait plus de 10 kilomètres (un peu moins de 11). Ca m’en mets un bon coup sur la cafetière. Je suis de plus en plus mal. Je commence à frémir. Je crains le coup de chaleur. C’est là que je vois une fusée nommé Régis qui me glisse une petite tape et des encouragements. Allez! Kilomètre 10. On doit plus être très loin?! Là je vois une autre fusée, encore plus rapide. C’est Pascal, bassin relaché, foulée impeccable. Impressionnant!
Enfin l’arrivée!!! Ah! Que c’est bon!!
La ligne franchie, je profite du ravito comme jamais. Je bois, je bois, je bois. Un bidon de 50 cl sur 40 km ca ne suffit pas. On échange nos expériences entre ASVELiens.
Je ressens vite le besoin de m’étirer. Les jambes hurlent. Mes pieds aussi. J’ai fait la CAP sans chaussettes… Je cherche à aller me faire masser mais la liste d’attente est trop longue :’(.
Je fais le trajet de retour avec Richard, le héros du jour. J’ai pu échanger avec lui sur sa très longue expérience du triathlon. Un régal! J’ai également grâce à lui évité les bouchons de la sortie de Miribel ;-p.

Au final, je trouve ce format très agréable mais il demande clairement plus de prépa qu’un sprint. Là je me suis senti très juste alors qu’à Pont à Mousson je n’avais pas trop ressenti le manque d’entrainement. Ce triathlon m’aura aussi appris que ma tendinite était liée au vélo. Je l’avais déjà pointé du doigt à Pont à Mousson mais le vélo était trop court pour en avoir la certitude. Là j’ai eu la tendinite au genou gauche qui s’est mise à chauffer à partir du km 30 puis a disparu dès la CAP.
Prochain rendez vous : le triathlon courte distance du lac des sapins le 21 juin (A moins que je craque pour Roanne…)

Les résultats complets dans un prochain post.







taourirtigerclub |
EPS à St François de Sales |
Clairobscur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FC GLONVILLE
| Grenoble, Bastille, Rachais...
| E S Tirepied football saiso...