• Accueil
  • > Archives pour septembre 2014

Triathlon S de Vaulx-en-Velin par équipes 2014

21092014

Cet après-midi je courrais le triathlon S par équipes de Vaulx en Velin. Cette année je suis dans équipe de costauds avec Mric, MRJ, Manu et Valentin le petit nouveau. Le niveau est très homogène mais les niveaux de prépa ne sont pas du tout les mêmes. Mric a bien relaché depuis 2 ans. Il ne roule plus, MRj non plus mais ca c’est normal :-) .

J’arrive avec une semaine quasiment off. J’ai entretenu en CAP, zéro vélo et 1700m de nat pour se donner bonne conscience. Je suis inquiet pour la nat car ils nagent tous plus vite que moi sauf peut être Valentin qui doit être du même niveau.

Manu arrive 7 minutes avant le fermeture du parc. Tout va bien :-D . L’orga offre un peu de souplesse sur les horaires et ca nous laisse le temps de nous installer même si j’oublie la casquette et de prendre à manger pour l’avant course…

Nous partons nager un peu. Nous établissons la stratégie en nat et en CAP.

Nous partons et j’ai mal calé ma montre. Je fais les réglages à l’arrache. Manu est un peu halluciné de me voir pianoter alors que c’est parti devant. En plus le cailloux me font mal aux pied donc je plonge très vite, en nageant à raz du fond.
Ca part vie. Valentin a une nage très typée qui me permet de le suivre facilement. Manu me pousse une fois. J’accroche les pieds. Nous revenons sur pas mal d’équipes. Ca devient confu mais j’arrive tjs à bien suivre Valentin. Nous continuons à slalomer entre les équipes. Sur la fin, je pose un peu plus ma nage. Je me calme. Mric et MRJ sortent 10m devant nous.

T1, mon point faible. Je patine un peu dans le parc. Valentin m’assiste très gentiment. Je pars un peu à la traine.

Nous nous lançons sur le parcours ultra roulant. La stratégie est simple. On se relaie à 3 avec Manu et Valentin. Mric et MRJ restent dans les roues. Nous arrivons à bien appliquer cette tactique. Manu prend des gros relais à 45 km/h. J’essaie de faire de même. Au début du 2ème tour nous sommes ralenti par l’équipe 1 du CRV qui se prend un carton rouge mais qui discute et bouchonne. Très frustrant. Il faut ensuite ralentir car une ambulance embarque un concurrent qui a fait une vilaine chute. Mric commence à sauter. C’est là que Valentin va abattre un boulot de malade. Il ralentit pour aller le chercher et va le pousser quasiment jusqu’au bout. J’essaierais de faire ce travail de pousse mais c’est terriblement compliqué et je laisserais Valentin reprendre ce travail. Merci à toi! C’était énorme!

On arrive à T2. Je me prends un cailloux dans le talon droit à la descente du vélo. Je sers les dents. Malgré l’enfilage de chaussettes je pars en même temps qu’MRJ. Il va lancer la CAP sur des bases de folie. Le parcours est très compliqué, tout en relance, sur terre ou gravier, avec des petits coup de cul qui allume le cardio. Je suis en limite de rupture dès le premier kilomètre. Je me dis qu’à 5 je peux relâcher mais MRJ demande à Manu, derrière moi combien nous sommes et Manu annonce que nous ne sommes plus que 3. Pfff… Eh ben il va falloir s’y coller jusqu’au bout. MRJ semble facile, la foulée légère, je n’entends pas son souffle. Je sers les dents. Je suis au bord de la rupture. Manu aussi. A 1km, de la fin MRJ en remet une petite. Nous sommes à 18 km/h… Aie, aie, aie. J’en peux plus, je suis au bout du bout. Dernière ligne droite de 800m. J’indique à Manu et MRJ qu’il ne faut pas accélérer car je suis à bloc. La ligne d’arrivée se présente. J’ai du mal à aller chercher la main de mes 2 collègues. Nous arrivons après 1h04 de course.
Quelle souffrance mais quelle bonheur ces formats par équipes où l’on se surpasse pour les collègues! Merci le gars pour ce grand moment de partage!

Je suis complètement cuit. Maintenant la saison est finie. Je vais bien relâcher et prendre le temps de réfléchir à la saison prochaine. J’ai un objectif en tête : Liège-Bastogne-Liège. Pour le reste on verra.

Les stats

Général
1h03’36″, 8ème/166 équipes arrivées.

Natation (630 m)
10’15″
http://connect.garmin.com/modern/activity/595582420

Vélo (20,3 km, 26m D+)
30’22″ : 40,1km/h de moy;
http://connect.garmin.com/modern/activity/595582427

CAP (5,23 km)
19’03″ : 16,5 km/h de moy;

http://connect.garmin.com/modern/activity/595582434

 




Triathlon M d’Aix-les-Bains 2014

14092014

Ce matin, je courais mon dernier triathlon individuel de la saison, le M d’Aix-les-Bains, sans doute le plus relevé de la région au niveau du plateau.
Ce course s’est préparée dans un contexte psychologique très compliqué. J’ai longtemps hésité à m’aligner ces derniers jours mais je pense que c’était la meilleure chose à faire. Ne pas y aller aurait été encore plus négatif.

Je pars avec une prépa correcte sauf en natation en raison des fermetures des piscines en contexte de rentrée scolaire. Fuyant le soleil au maximum, je ne peux profiter des bassins encore ouverts.

Je pars de bonne heure avec Eric pour Aix. Cela nous permet d’avoir tout le confort d’une installation précoce.
Je pars très tôt nager pour voir si mon épaule gauche douloureuse me gêne. Je suis vite rassuré. Le crawl ne me gêne pas. Ce sont les mouvements de brasse et de dos qui sont problématiques.
Après cet échauffement, je rentre au parc pour m’hydrater. C’est l’occasion de retrouver la grande colonie de l’ASVEL qui est regroupée dans la même zone du parc à vélo. Ce sont toujours des moments savoureux.
Il est temps de retourner vers la ligne de départ. Je suis impressionné par le monde. Il va être difficile de trouver une place isolée. Je décide de me placer très au large à droite. Vu le peu de natation que j’ai, je n’ai rien à gagner à affronter la meute qui part toujours trop vite.
Le départ est lancé et je me retrouve très vite isolé à droite. Idéal pour poser ma nage. Je vois bien la bouée de virage au loin. Je repique progressivement vers le centre. Nous rattrapons des grappes de féminines parties 5 minutes avant. Un nageur se déporte vers le côté, visiblement pour souffler, soit à cause d’un départ trop rapide soit à cause de coups mal digérés. Je vire confortablement. Je dois encore slalomer entre qq féminines puis c’est le demi tour. Nous longeons maintenant les quais. Il y a bcp de monde. Ca fait plaisir. Nous avons par contre des petites vagues défavorables.  Je continue de remonter du monde. Je prends des bons pieds mais après 5 minutes je constate que le type se dirige vers les quais. Gros soucis d’orientation. Je repars dans la bonne ligne. Après le passage du ponton, il m’est pas possible de doubler. Pas de soucis, je reste dans les pieds et fais redescendre le cardio.
Je sors de l’eau en 23’48″ pour 1,6 km. Ca me parait dans la norme.
Comme d’habitude à Aix, à la sortie de l’eau il faut faire très attention aux cailloux.

Je n’arrive pas à enlever le haut de ma combi sur la transition vers mon vélo. Pas grave. J’enlève tout en arrivant. Je prends soin de mettre les pâtes de fruits dans la trifonction, met la ceinture et je pars. Je croise une arbitre qui me dit « vous avez oublier le casque!! ». Oh non?!! Mais quel boulet… Je pose le vélo sur une rampe et vais chercher mon casque qui était par terre car il ne tenait pas sur le prolongateur…
Je sors enfin du parc après près de 4 minutes…
Sur ce début de parcours vélo le long du lac, complètement plat, j’assiste à la formation pervers d’un groupe de drafting. En fait, cela part d’une lutte de plusieurs cyclistes de niveau équivalents qui reviennent sur un petit pack. Et là c’est le début de la galère. Tu as beau parler au gens dans le groupe, les mecs (et aussi les nanan) font comme si tu n’existais pas. Il est hors de question que je prenne un carton. Je prends les choses en main mais je me fais repasser 2 fois. A ma 3ème tentative, j’arrive à rester devant. Très rapidement derrière les premières pentes du col du Chat se présentent ce qui va m’aider à me débarrasser du groupe. 2 concurrents me cols à la roues. Je leur dis qu’il va falloir faire le job. Ca fait réagir le gars derrière moi qui part. J’attends alors un bruit étrange. Je regarde mes roues pour voir si quelque chose frotte. Rien. Je comprends alors que c’est le mec derrière qui respire comme un asthmatique. J’ai mal pour lui mais en fait il a des bonnes jambes puisqu’il me passera plus tard. Je reviens sur des paquets avec nos 2 premières féminines de l’ASVEL Marion et Lise, qui me demande si le carton noir est disqualifiant. Je reviens ensuite sur Richard. Nous entrons dans la partie difficile du col mais moins dur que ce que j’avais envisagé. Ca monte à 8-9% et pas à 10% comme je l’avais vu sur les profils.

Velo Aix

Je pense arriver en haut mais là nous enchainons des toboggans qui cassent les jambes. Je croise Théo qui a une belle marge d’avance sur le 2ème. Demi tour. Là ca devient limite au niveau sécurité car dans nous croisons les concurrents qui montent. Quand on ajoute un type du tri salève qui débranche le cerveau dans la descente alors qu’il ne peut pas enchainer sur le plat et sur les montées, ca devient pénible.

Vélo 2 Aix

Dans cette descente j’ai le plaire de voir Clément, un ex ASVELiens sur le bord de la route. Ca fait plaisir de le revoir après tant d’années!
Nous revenons sur les bords du lac. Je suis un gars à distance. Le doubler ne servirait à rien donc je me mets à distance. 2 concurrents nous passent mais n’arrivent pas à faire le trou. Même à 10m, je pense qu’il y a un semblant de drafting car les types de devant prennent le vent de face et n’arrivent pas à nous décrocher sans pour autant que le cardio augmente vraiment.
Nous arrivons au parc. Pour une fois je fais une belle descente de vélo.
J’attaque la CAP très frais avec un cardio bas autour de 160 bpm.

CAP aix 1

Je pars à 16 km/h et je verrai ce que ca donne en terme de dérive. Je remarque que ca dérive très doucement. A la fin de mon premier tour j’entends le VTT de tête de course qui arrive. Je me retourne et je vois que Théo mène toujours les débats. Ca me booste.  J’apprécie la distance pour ne pas gêner sans pour autant ralentir mon tempo. Quand Théo passe, je profite de sa foulée. Je vais le suivre pendant 2 tours. C’est une belle expérience de profiter de clameurs d’encouragements de la tête de course. Sur la fin de mon 3ème tour (le 4ème de Théo), je vois passer une fusée avec une trifonction aux couleur de la Nouvelle-Zélande. Pascal que je viens de doubler me prévient que Théo est en grand danger. Je ne sais pas pourquoi mais j’ai mis du temps à comprendre que ce néo-zélandais jouait la victoire, sans doute car je ne l’ai pas vu de la course et que donc je pense qu’il est dans le même tour que moi. En fait il gagnera la course dans les 200 derniers mètres. J’imagine la frustration de Théo… Si j’avais su, j’aurais pris des relais sur des tempo plus élevés. Je pars sur mon dernier tour un peu inquiet pour mes réserves énergétiques et hydriques mais ca tiendra. J’arrive avec 2 gars que je n’arriverai pas à passer.
J’arrive vraiment fatigué. Je prends le temps de reprendre mon souffle. Il me faudra un moment avant d’avoir le courage d’aller manger un morceau.
L’arrivée est encore un grand moment de partage avec tout l’ASVEL. Je retrouve en plus Catherine qui est venue m’encourager très gentiment dans un contexte également compliqué pour elle.

Image de prévisualisation YouTube

Général

2h29’56″, 19ème/654 finishers
Natation (1600 m)


23’48″, 4 km/h de moyenne, 68ème/654 finishers (avec T1)


http://connect.garmin.com/modern/activity/590376615

T1

3’24″

http://connect.garmin.com/modern/activity/590376623
Vélo (47 km, 612m D+)


1h23’55″ : 34,2km/h de moy; 36ème/654 finishers (avec T2)
Cardio : 165 bpm en moy, max 184 bpm.

http://connect.garmin.com/modern/activity/590376625

T2

1’35″

http://connect.garmin.com/modern/activity/590376628
CAP (9,91 km)

37’10″ : 16 km/h de moy; 15ème/654 finishers.
Cardio : 180 puls/min en moy, max 194 puls/min.
http://connect.garmin.com/modern/activity/590376631







taourirtigerclub |
EPS à St François de Sales |
Clairobscur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FC GLONVILLE
| Grenoble, Bastille, Rachais...
| E S Tirepied football saiso...