Half Iron du Semnoz

25 05 2015

Je disputais hier l’Half Iron du Semnoz (1,4 km de natation, 71 km de vélo et 18 km de CAP) qui se tient dans la petite ville savoyarde de Rumilly.

Il s’agissait de mon premier triathlon de la saison 2015 et la première compétition depuis le Challenge Liège-Bastogne-Liège (LBL).

Les semaines qui ont suivi le Challenge ont été exceptionnelles au niveau de la forme. Ca ne pouvait pas durer éternellement et cette semaine je subissais un contre coup physique important qui s’est traduit par une fatigue générale permanente. Dimanche dernier, j’avais constaté que lors d’une sortie vélo, je suivais très difficilement. Mardi, je ne m’écoute toujours pas et je fais une séance de seuil en natation (5 x 200m) et en CAP (2 x 10’). Mercredi, fatigue monstrueuse. J’ai alors réduit l’entrainement au minimum, footing à 120/130 bpm. Je dors de 9 à 11h30 par nuit !

Samedi, c’est toujours pas la joie mais je me motive pour tourner un peu les jambes après 6 jours d’arrêt. Ce petit déblocage se passe bien, les jambes répondent bien.

Dimanche, réveil difficile. J’ai encore des araignées plein la tête, le doute d’aller me flinguer définitivement mais je me souviens d’une expérience similaire à Annecy en 2011 où j’étais tout de même arrivé sur mes 2 jambes malgré une grosse fatigue au départ.

Je prépare donc tout le packetage.

Je retrouve mes covoitureurs du jour, Benoit et Lionel, mon taxi officiel. Benoit fera le format L en relais, lui courant la partie vélo, Lionel est inscrit sur le L en solo comme moi.

La bonne humeur de Lionel finit d’évacuer les derniers doutes.

Nous arrivons sur le site du petit plan d’eau de Rumilly. Nous retrouvons une petite colonie de l’ASVEL qui est répartie entre les formats M et L.

Le parc malgré les tapis est douloureux pour les pieds. Je décide de partir chaussure au pied en vélo.

J’enfile la combinaison pour la première fois de l’année. La veille je l’ai amputée de 5 cm sur le bas des 2 jambes suite aux multiples déchirures qu’elle a subit l’an dernier suite à l’Engadin swimrun.

Échauffement de 400m dans une eau très fraiche.

Je me positionne en 3 ou 4 ème ligne tout à droite mais bloqué par une barrière. Je crains un peu de me faire marcher dessus au départ.

12h, le départ est lancé. J’arrive très vite à me décaler complètement à droite du peloton. Les nageurs qui sont à ma gauche s’orientent très mal et me déportent de plus en plus vers la droite. Je prends la première bouée très au large. Je fais ce premier tour en posant très tranquillement ma nage, en endurance. Hors de question de lancer les watts d’entrée avec le niveau de forme de la semaine. Dans le deuxième tour, je passe un gros paquet et me retrouve bien isolé. J’appuie un peu plus sur les bras. Peu avant la bouée 1, je prends un objet dans le visage. C’est une puce de chronométrage ! Je décide de la ramener mais je galère pour la mettre dans mon cou. Les nageurs derrière moi ne m’offrent aucun répit et viennent me gifler très amicalement.

Je sors de l’eau en 20’, relativement frais. Je rends la puce. Malgré les tapis on ressent bien les pierres et cailloux sous les pieds nus. Je décide de marcher.

Transition 1, ma spécialité. Je galère à enlever les bras de la combi. Je décide de partir sans chaussette. Je vois un membre de l’ASVEL sortir du parc mais je ne vois pas qui c’est. Je remets de la crème solaire sur les épaules. Lionel arrive dans le parc. Je le salue et me lance sur le parcours vélo.

Le profil présenté sur le site internet semblait indiqué 20 km de plat avant le col du Semnoz. Que neni ! Tout le début du parcours est en montée ! De 3 à 7 %, toujours en recherche du bon braquet. Je me fais passer par pas mal de concurrents mais je reviens sur Olivier dans ce secteur, qui était l’ASVELien mystère.

La route vers Quintal va être ponctuée d’incidents avec des véhicules motorisés. Je manque de me faire renverser par une moto qui n’a pas compris les consignes du bénévole. Je me fais ensuite couper la route par une voiture qui jaillit d’un stop. Je m’énerve un bon coup, double la voiture, pas une excuse de la conductrice. Je tombe ensuite sur un tracteur, impossible à doubler pendant 2 minutes en raison du trafic en face (un concurrent va tout de même doubler entre les voitures !!!!).

On arrive à Quintal départ du col du Semnoz, classé hors catégorie.

Profil Semnoz

Les premières rampes dans le village sont à plus de 10%. Remember LBL !! Les jambes tournent bien. Je remonte sur la première féminine puis des concurrents, un par un. Nous entrons dans la forêt. Les panneaux indiquant chacun des km à venir n’offrent aucun soutien moral puisqu’ils n’indiquent aucun km sous les 7% !! A 3 km du sommet je commence à sentir la baisse des températures liée à l’altitude. J’enfile donc les manchettes. A 2km du sommet je suis annoncé 21ème. La végétation arboricole disparaît, le sommet est en vu. Je tourne la tête à gauche pour contempler le lac d’Annecy. Il reste encore quelques rampes de choix. Je double quelques triathlètes pour basculer dans le top 20 (Montée en 45’36″, temps Strava).

Le début de la descente est très technique, sinueuse, la route est en mauvaise état avec des graviers. Je fais donc une première partie de descente très prudente. Dans la 2ème partie, la route s’élargit et se fait moins sinueuse. Je récupère et mange. Étrangement dans cette descente, seuls 2 concurrents me reprennent. La pente faiblit et nous retrouvons les concurrents du triathlon M qui se sont élancés 1h plus tard. La fin du parcours est globalement descendant mais présentent tout de même quelques petites bosses. Sur ces derniers km, plusieurs concurrents me doublent. Dans les 2 derniers km je fais redescendre le cœur. Je finis mes bidons. J’essaie de ne pas trop penser aux 18km de CAP. L’an dernier, au triathlon L du Salagou, j’avais vécu une grosse défaillance.

T2. J’enfile les chaussettes, les running et c’est partie sous les encouragements de la famille Rochat.

Le parcours est très étrange. On longe d’abord le plan d’eau puis on fait des aller-retours dans des petits chemins de graviers ou de boue. Ces passages permettent de croiser nos poursuivants. Je croise alors Ronan, un concurrent du CRV avec qui je m’entraine régulièrement en vélo. Il à l’air bien, serein. Sur ce premier tour, à 14km/h, mon cœur tourne autour de 160 à 165 bpm. Je me sens bien mais je souffre pendant les 7 premiers km d’un point de côté sous la côte flottante droit. C’est pas méchant mais c’est pénible. Je prends soin de prendre un verre à chaque ravito. Sortie des bois nous arrivons dans des lotissements sur un profil montant, avec une petite patate à 10% qui fait très mal. Nous sommes noyés dans le trafic du triathlon M et j’ai un peu de mal à me situer par rapport aux concurrents du long. Sur le premier demi tour, je me fais déposer par un membre du CRV qui se tire la bourre avec un savoyard. Je croise Guillaume qui fait la CAP de son relais. Il est incroyablement près ! Benoit a du faire un vélo monstrueux (36″ de mieux que moi avec des transitions éclairs). Je lui demande de ralentir un peu. J’arrive sur la fin de mon premier tour, le point de côté a disparu. Je suis donc relativement confiant. Un concurrent de Rillieux du M me souhaite très gentiment bon courage pour le 2ème tour. Je lui dis que ca va bien se passer mais j’ai sans doute pêché par optimisme.

Sur ce 2ème tour je vais commencer à subir une dérive cardiaque sévère. Je ne descends plus sous les 170 bpm, pire je passe régulièrement au dessus des 180 bpm. Voyant que Ronan ne cède pas de terrain, je maintiens une allure à 14 km/h mais je serre les dents ! Je reçois des encouragements de tous mes coéquipiers qui me maintiennent à flots. Dans les 3 derniers km, Lionel me dit d’accélérer. Impossible ! Je suis à 185 bpm, je ne peux pas plus. Une dernière petite montée vers le parc à vélo et l’arche d’arrivée se présente après 4h05 de course.

Quel soulagement ! Quelle souffrance ! Je retrouve Yves et Emeric qui étaient sur le format M. Deux minutes après, Ronan arrive, visiblement plus frais que moi. On refait la course.

Tout le monde arrive progressivement. Ce sont de bons moments de partage dans l’aire d’arrivée.

Après 20 minutes je commence à avoir froid, je vais donc me rhabiller. Nous enchainons avec tous les membres de l’ASVEL autour d’une bonne bière. Pascal est venu de Villeurbanne en vélo !

Nous attendons les classements qui ne viendront pas. Nous décidons donc de rentrer sur Villeurbanne.

Au final, un triathlon très sympa, bien organisé, avec énormément de bénévoles. J’ai pris un pied immense dans le Semnoz, nettement moins sur la course à pied.

Prochaine compétition : Lyon-Mont Blanc/Mont Blanc-Lyon vélo en 2 étapes les 6 et 7 juin. Le prochain triathlon sera le M d’Annecy, le 28 juin.

Les stats

Général
4h05’03″, 21ème/243 finishers

Natation (1,4 km)
18’25″, 19ème/243
https://connect.garmin.com/modern/activity/783582086/1

T1

2’55″

Vélo (71 km, 1537m D+)
2h24’03″ : 29,2km/h de moy; 32ème/243.

Cardio : 158 puls/min en moy, max 180 puls/min.
https://connect.garmin.com/modern/activity/783582086/3

T2

1’29″

CAP (18 km, 100m D+)
1h16’51″ : 14 km/h de moy; 23ème temps/243.

Cardio : 173 puls/min en moy, max 189 puls/min.

https://connect.garmin.com/modern/activity/783582086/5


Actions

Informations



4 réponses à “Half Iron du Semnoz”

  1. 25 05 2015
    richard (14:39:34) :

    Bravo JMB, beau resumé.
    Richard

    Répondre

    • 25 05 2015
      jmbomablog (14:40:54) :

      Merci Richard! Je me suis régalé sur ton récit de Lausanne-Lausanne

      Répondre

  2. 25 05 2015
    ChDUF (15:49:14) :

    Bonjour
    Toujours un plaisir de lire tes comptes-rendus.
    Félicitations pour ton LBL et ton entrainement hivernal, quel courage !
    Je pensais que tu allais « exploser » ton chrono de la montée de Leschaux pour le tri d’Annecy mais si tu dis que la forme ne peut pas durer éternellement…
    A bientôt
    Christian D.

    Répondre

    • 25 05 2015
      jmbomablog (15:52:19) :

      Merci Christian.
      Mon record sur la montée de Leschaux va être dur à aller chercher. J’ai fait un gros chrono en 2011 avec vent favorable. On verra ;-)

      Répondre

Laisser un commentaire




taourirtigerclub |
EPS à St François de Sales |
Clairobscur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FC GLONVILLE
| Grenoble, Bastille, Rachais...
| E S Tirepied football saiso...