Première édition du Swinrun de Miribel 2016

26 06 2016

Il y a quelques semaines au hasard d’une séance de natation dans la piscine de St Priest, un membre de St Priest Triathlon me parle d’un swimrun à Miribel.
Fan du format depuis mon expérience avec Nico il y a 2 ans dans l’Engadin, je m’inscris avec Nico.
Le format est très particulier, 11 km de course à pied et 1 km de natation, le tout découpé en 7 secteurs de course à pied et 7 de natation. Les secteurs de natation seront donc très courts.

Après avoir pris ce dossard, je me suis focalisé sur Lyon-Mont Blanc vélo puis j’ai complètement déconnecté, bien aidé par la météo qui ne m’a pas encouragé à maintenir mon entrainement. J’ai quand même rechaussé les runnings après une longue période de blessures en CAP suite à des élongations sur le mollet gauche. Mais en approche de cette compétition j’avais omis que celle-ci se présentait 2 jours avant mon anniversaire, que j’avais, pour une fois, décidé de fêter avec les potes. Comme j’ai mis depuis 2 ans la compétition après ma vie perso, je fête mon anniversaire sans retenue.
Dimanche matin, le réveil est compliqué. Je me dis que le VTT va faire le déblocage.
A l’arrivée, je tombe d’abord sur Davos qui discute avec l’orga. Puis Mric arrive, plus décontracté que jamais. Nico arrive finalement en avance! On croise ensuite Mrj et Mikee qui sont déjà à bloc, près pour jouer la gagne.

img_5995
Après le passage par les inscriptions, nous nous présentons sur la ligne de départ. A ma gauche, 2 personnes en trifonctions noires avec la mention Forbach. J’engage la conversation avec mes confrères mosellans mais en court de discussion le départ est lancé.
Ca part direct à 17-18 km/h. Je ne me sens pas mal. Je suis les 2 duos favoris avec Nico à ma droite. Après 200m de course à pied, nous arrivons sur notre premier secteur de natation.

img_6089

img_6096

Je plonge tranquillement dans l’eau… mais au bout de quelques coups de bras je me sens sursaturé. Je n’ai plus d’air et en plus je meurs de chaud. En quelques secondes tout l’organisme se met en mode survie et je me vois obligé à me mettre sur le dos et à brasser pour prendre de l’air. Je ne me formalise pas plus que ca avec la situation. Je suis dans une souffrance extrême, je n’ai pas d’autres choix. Après m’être calmé, je reprends un crawl calme, mais en sortant de l’eau le cardio indique 173 bpm. C’est incroyablement haut en sortie d’eau! Je vois JF à ma droite, Richard qui l’attend. Nico n’est pas là mais je sais qu’il est forcement devant. Il a du pensé que j’étais moi même devant. Je le retrouve peu de temps après. Il est un peu interloqué, ne comprend pas trop ce qui m’arrive. Je suis pas en état de m’expliquer. Je suis toujours au taquet. Je me positionne dans son sillage. Nous partons sur une base de 15 km/h, avec a coups. Là je passe l’un des pires moments que j’ai vécu en compétition. Je suis totalement à bloc et mentalement à la rupture. Je ne pense jamais avoir pensé à l’abandon mais là je suis tellement mal que j’en ai peur. Cette peur qui m’a saisie dans l’eau alors même que j’abordais l’événement sans aucune pression, mais dont la pression physique m’a fait explosé d’entrée. Je fais le vide et je me concentre sur la foulée de Nico. Le temps passe et s’éternise… Je suis toujours à bloc. Nico accélère, je lui dis de temporiser. Il ralentit. Merci Nico!
Le 2ème secteur de natation est difficile mais m’offre un certain confort thermique. Je suis en total surchauffe et ce secteur de natation m’apaise légèrement. Sur le secteur de CAP suivant, Nico qui est en très grande forme, impose un rythme à 15 km/h. Je subis toujours autant, le cardio continue de frôler les 180 bpm. Le secteur de CAP est très long. Je demande à Nico de lever le pied devant mon inconfort car je réalise que nous sommes à peine à mi course. Nico me recadre un peu et continue le tempo.

Nous replongeons dans l’eau. Petit à petit je me sens mieux. Je ne peux pas expliquer pourquoi. Je ressors de l’eau complètement changé, réveillé. Je me place encore derrière Nico et voyant que le tempo a diminué, me sentant nettement mieux, je prends le relais. Les secteurs suivants seront très funs. 2 secteurs avec des natation en bordure avec des CAP pieds dans l’eau, puis un secteur de CAP dans les galets où Nico, en grand trailler reprend les devants. Sur l’avant dernier secteur de natation, on nous annonce 4ème (en fait 5ème), mais avec Nico nous savons que nous ne reprendrons jamais nos prédécesseurs. Depuis 5 km ils nous devancent de peu. Nous les reprenons en CAP et ils prennent de l’avance en natation. La fin du parcours nous est donc défavorable. Nous finissons donc sereinement. Nico prend la main sur l’avant dernier secteur de nat. Je fais les 2 derniers secteurs. Nous finissons main dans la main. Au final nous finissons 5ème équipe en 1h05. Presque inespéré au vu de mon naufrage de mon début de course. Mais la force de ce format se fait sur le duo, et comme dans l’Engadin, Nico m’a maintenu à la surface pendant plus de la moitié de la course, avant que le diesel de secours ne se mette en route. Merci Nico! On n’a pas le même câblage mais nous avons une complémentarité indéniable.

img_6183

 

Stats Garmin (prises sur un seul intervalle CAP, impossible de faire du multi sport avec autant de secteurs) :
https://connect.garmin.com/modern/activity/1229425943

Image de prévisualisation YouTube

Actions

Informations



Laisser un commentaire




taourirtigerclub |
EPS à St François de Sales |
Clairobscur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FC GLONVILLE
| Grenoble, Bastille, Rachais...
| E S Tirepied football saiso...